La Transhumance à Saint Justin

Les CP / CE1 ont regardé les photos sur le tableau numérique et ont raconté cette sortie.

(Cliquez sur les petites photos pour les agrandir.)

 

Mardi 21 septembre nous avons pris le bus pour aller à Saint Justin.

 

 

Sur la place du village il y avait trois musiciens (Yan Cozian en companhia), les enfants de l’école de Saint Justin et d’autres spectateurs.

On s’est installé sur des bancs. Le musicien s’est présenté et nous a dit ce qu’il allait nous faire découvrir.

 

Il joue d’une espèce de flûte qui s’appelle la caremère, un autre du tambour et le troisième de la cornemuse landaise.

 

 

La cornemuse a une poche d’air qu’il remplit en soufflant. Pour la caremère c’est la bouche qui remplace la poche d’air.

 

Ensuite, ceux qui voulaient ont dansé un rondeau. On a fait un grand cercle. On faisait deux pas à gauche, deux pas à droite (deux fois) puis huit pas à gauche et on recommence. En même temps, on chantait une chanson en gascon.

Le joueur de tambour nous a fait une démonstration.

On a fait de la musique comme la cornemuse: les uns faisaient le bourdon, les autres la mélodie ou la rythmique.

On a aussi appris une autre chanson.

Il y avait beaucoup de monde. On a entendu des cloches et des bêlements et le berger, Stéphane Hiriberri, est apparu sur la place, suivi de Babylone l’ânesse et le troupeau avec les chiens.

On a caressé les moutons et Babylone...

 

On est remonté dans le bus pour aller à la ferme de Jeamnet. Il y avait des pains sur une table. On s’est assis sur des bancs devant le four à pain.

 

  Les boulangers tout habillés de blanc ont sorti du four à pain un grand bac rempli de charbon. C’est en faisant brûler le bois dans le four qu’on le chauffe. Ensuite le boulanger fait la place pour mettre les pains.

 

 

Ils ont amené des boules de pâte (comme des grosses chocolatines) sur des plateaux.

 

  Le boulanger a pris un morceau de papier journal pour le mettre quelques secondes dans le four. Si le papier devient marron le four est trop chaud, si le papier ne brunit pas il est trop froid, s’il roussit il est à bonne température. Le papier a juste bruni, c’était bon ! 

 

 

Un boulanger prend la boule, il la retourne et la pose sur une sorte de grande cuillère plate qu’on appelle une pelle. L’autre la dépose dans le four. Ils allaient très vite pour que le four ne refroidisse pas. Ils ont aussi mis une couronne.

L’heure de repartir est arrivée: on n’a pas pu attendre que le pain soit cuit! On verra ça à l'école...

Toutes les photos

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×